Des filles à Kibera distribuent des serviettes hygiéniques
29.04.2020

Quand le COVID-19 rend l’hygiène pour les filles impossible

En pleine crise mondiale du coronavirus, les filles de Kibera doivent faire face à une autre crise : le manque de serviettes hygiéniques. Kibera est la plus grande colonie informelle du Kenya et de toute l'Afrique. La plupart des filles de Kibera dépendent des serviettes hygiéniques distribuées gratuitement dans leur école. Avec la fermeture des écoles en raison de la COVID-19, elles n'y ont plus accès.

Pas de priorité pour l'hygiène menstruelle

"J'avais l'habitude d’avoir accès à des serviettes hygiéniques dans mon école à Kibera. Maintenant que les écoles sont fermées, je dois utiliser des morceaux de tissu. C'est très inconfortable", dit Nisera, 16 ans. "Je suis triste parce que je ne peux pas faire les choses normalement. Quand je m'assieds, j'ai peur de salir mes vêtements".

Les mesures de quarantaine imposées au Kenya en réponse à la pandémie du COVID-19 ont entraîné une situation financière très tendue dans les familles, ce qui pénalise les filles et les femmes. Beaucoup sont coupées des principaux services et réseaux de santé sexuelle et reproductive.

"Avec les rumeurs d'un confinement total, les familles font des réserves de nourriture et de fournitures. Cependant, la majorité des familles de ma région n'envisagent pas d'utiliser des serviettes hygiéniques. Elles sont considérées comme un luxe. C'est pourquoi nous étions toujours heureuses de les recevoir à l'école", explique Nisera.

Tenir compte des besoins des filles

"Il est essentiel que les mesures de quarantaine soient accompagnées d'un soutien aux ménages touchés. Un enfermement prolongé limite également l'autonomie des filles et renforce les comportements qui considèrent les filles comme de seconde classe et les restreignent", déclare Kate Maina-Vorley, directrice de Plan International Kenya.

"La protection et la sécurité rigoureuses de tous les enfants, et en particulier des filles, doivent être mises en avant et faire l'objet d'une priorité dans tous les domaines politiques, en matière d'information et de conseil à tous les stades des interventions", ajoute-t-elle.

Marel, 17 ans, s'inquiète des filles qui ont des règles irrégulières. "Beaucoup d'entre nous ont leurs règles deux fois par mois. Imaginez combien cela peut être difficile pour nous. Il ne me reste qu'un paquet de huit tampons. Nous n'avons pas d'autre choix que d'utiliser des bouts de tissu". 

Un soutien Nécessaire

Pour aider les filles dans la crise, Plan International a rendu visite à des filles et des jeunes femmes à Kibera et a distribué 2 700 serviettes hygiéniques. L'action a été menée en partenariat avec Zana Africa, une organisation avec laquelle nous travaillons étroitement au Kenya.

Cynthia, membre de la Girls Advocacy Alliance, a participé à la distribution des serviettes hygiéniques et a été surprise par la réaction. "Les filles et les jeunes femmes étaient ravies. Cependant, j'ai été surprise de constater que dans certaines maisons, même les mères cherchaient désespérément des serviettes hygiéniques. Je n'aurais pas pensé que les femmes plus âgées - à l'âge de nos parents - étaient aussi dans un tel besoin".

"Il y a un besoin certain de plus de serviettes hygiéniques, non seulement à Kibera, mais aussi dans d'autres quartiers informels et même dans les zones rurales. Des millions de filles ont généralement accès à des serviettes hygiéniques dans les écoles", explique Cynthia.

Plan International cherche également des moyens de travailler avec les propriétaires des installations sanitaires de Kibera et d'autres quartiers informels de Nairobi pour permettre aux filles d'utiliser les douches pour leur hygiène personnelle.

"Outre les serviettes hygiéniques, vous devez également tenir compte de l'accès aux installations sanitaires. L'utilisation des douches coûte Ksh.10 (0,1 USD) par personne. Imaginez une famille de sept personnes. Se laver devient un luxe car on achète d'abord d'autres choses essentielles comme la nourriture ou l'eau pour boire et cuisiner. Il est important de compléter la distribution de serviettes hygiéniques par l'accès aux toilettes", explique Marel.



Intéressé(e)? Le partager: