Tara a un meilleur avenir avec l'aide d'un projet de Plan International Suisse
La coopérative de femmes a donné à Tara de nouvelles perspectives. Elle est aujourd'hui un exemple pour des centaines de filles et de jeunes femmes dans sa région.
02.03.2021 - de Michèle Jöhr

Comment Tara est devenue un exemple pour les filles et les jeunes femmes

Le Népal reste une société très patriarcale. L'accès des filles et des femmes à l'influence sociale, économique et politique est limité et elles sont exposées à des normes et pratiques sociales néfastes. Cependant, de plus en plus de filles et de jeunes femmes se défendent et se joignent dans des groupes de femmes et des coopératives. Tara est l'une d'entre elles. Voici son histoire.

"Bonjour, je suis Tara, 30 ans, je vis avec mon mari et mes deux enfants à Pipaltari, Parbat. C’est un endroit très reculé. Je me suis mariée à 17 ans. Ce n'était pas ma décision, mais plutôt suite à une pression subie par mes parents. Je venais de terminer l'école à cette époque. Une fois mariée, je n'avais plus la possibilité de poursuivre mes études. J'étais coincée dans les tâches ménagères. Je voulais faire quelque chose de ma vie, mais je n’en avais pas les moyens.  

Heureusement, je suis tombée sur un projet visant à autonomiser les jeunes femmes dans ma ville natale. Le projet visait à donner aux jeunes femmes les moyens de prendre leurs propres décisions sur les questions qui nous concernent, grâce à la formation et à l'éducation sur la violence sexiste, le mariage d’enfants et la discrimination sociale. J'ai été très enthousiaste lorsque j'ai entendu parler du projet. C'était une grande opportunité pour moi de m'impliquer avec les autres femmes. J'ai donc décidé de rejoindre le groupe de Pipaltari pour les jeunes femmes.

Lorsque j’ai fait partie du groupe, j'ai participé à diverses formations qui m'ont aidé à renforcer ma confiance en moi et mes compétences. J'ai beaucoup appris et je suis devenue la présidente du groupe. 

Un chemin difficil

Plus tard, mon mari est parti  travailler en Inde. Le fardeau à la maison est devenu plus lourd. Outre les responsabilités familiales, j'ai dû soutenir les groupes de jeunes femmes. Il était très difficile de gérer le temps. Je voulais continuer avec le groupe. J'avais donc l'habitude de me lever tôt le matin et de faire toutes les corvées avant le lever du soleil. 

Peu à peu, nous avons pu former tout un réseau de femmes, en invitant également d'autres groupes. J'ai participé à toutes les activités du groupe et du réseau avec un engagement total. Certains de mes proches n'étaient pas satisfaits du travail que je faisais. Ils me criaient dessus et me demandaient de quitter le groupe. Ils ont même dit que je perdais mon temps. Mais je ne les ai pas du tout écoutés. C'était une période difficile pour moi. Je pensais que je devais travailler dur pour réaliser mon rêve. Comme d'habitude, je me réveillais tôt le matin et j’effectuais les tâches ménagères. 

un groupe de femmes devient une coopérative

Ensuite, nous avons décidé de créer une coopérative dirigée par des jeunes femmes. Au début, lorsque nous avons présenté notre plan à la communauté, certains se sont moqués de nous. Ils ne croyaient pas en nous. Cependant, nous avons consulté tout le monde, puis nous avons décidé de créer une coopérative d'épargne et de crédit. Au début, nous étions 30 membres et avions un capital de 40 000 roupies népalaises (environ 310 francs suisses). 

ENPRED Nepal (organisation partenaire de Plan International) a soutenu notre projet et nous a fourni cinq ordinateurs. Le bureau du gouvernement local nous a offert une formation informatique gratuite, une salle et de l'électricité. Cela nous a aidé à gérer nos coopératives. Nous avons également eu l'occasion de visiter d'autres coopératives pour apprendre d'elles et de leurs dirigeantes. Grâce à l'échange, nous avons réalisé que nous devons travailler dur pour la continuité de la coopérative, peu importe qui nous soutient. Aujourd'hui, nous disposons d'un capital de 1 200 000 roupies (environ 9300 francs suisses) en capital coopératif. Nous avons organisé des activités sociales pour soutenir les jeunes filles et les femmes de notre communauté. Grâce à notre travail acharné, tous les membres de la famille et de la société nous respectent et nous soutiennent. 

espoir pour les jeunes filles

Maintenant que j'ai 30 ans, je veux poursuivre mes études. Mon mari est également de retour à la maison. Je pense que c'est le bon moment pour moi de réaliser mon rêve. J'ai été admis en 11e classe. J'ai une famille très heureuse, mes beaux-parents ont également commencé à me soutenir, ils semblent heureux ces jours-ci. Je dispose d'un revenu régulier pour subvenir aux besoins de ma famille. Je cultive des légumes, j'ai des chèvres et un élevage de volaille.

Je continuerai à travailler dans la coopérative. Cela m'a donné l'espoir d'un avenir meilleur. Pas seulement à moi : je vois une lueur dans les yeux de centaines de jeunes filles et de jeunes femmes de notre communauté".


Le projet "Young women empowerment" de Plan International Suisse

Depuis plusieurs années, Plan International Suisse mène un projet visant à autonomiser les jeunes femmes dans la région de Parbat au Népal. Nous les aidons à générer et à gérer leurs propres revenus au sein de coopératives de femmes et à prendre des mesures collectives pour résoudre les problèmes d'inégalité, de violence et de discrimination. 
Le projet contribue non seulement à améliorer la situation économique des jeunes femmes, mais aussi à renforcer leur réputation et le respect des filles et des femmes dans la société. 

Merci

Merci d'avoir lu jusqu'ici et de vous intéresser à l'histoire de Tara. Vous pouvez soutenir notre travail en faisant un don. Chaque geste, quel que soit son montant, aide à protéger et promouvoir les droits des filles et des jeunes femmes. Un grand merci! 

Je veux aider


Intéressé(e)? Le partager: