Réfugiés en Ethiopie
De nombreux réfugiés ont un accès limité ou inexistant aux soins médicaux ou à la sécurité sociale dans leur pays d'accueil.
18.06.2020 - de Michèle Jöhr

Proche de la contagion – les réfugiés et COVID-19

Toutes les deux secondes, une personne est déplacée de force à la suite d'un conflit ou d'une persécution. Plus de 76 millions de personnes dans le monde sont des réfugiés ou des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays. 80 % des réfugiés vivent dans des pays à revenu moyen ou faible. Le système de santé y est mal équipé pour faire face à une pandémie. En outre, de nombreux réfugiés ont un accès limité ou inexistant aux soins médicaux ou à la sécurité sociale dans leur pays d'accueil. Ils vivent souvent dans des camps surpeuplés. L'hygiène des mains et la distanciation sociale sont très difficiles à mettre en œuvre.

Conséquences fatales dans tous les domaines de la vie

COVID-19 rend encore plus insupportable la situation déjà difficile de millions de réfugiés. Pour les filles et les jeunes femmes, l’impact est particulièrement grave. Les conséquences du COVID-19 touchent différents domaines, notamment :

  • L'éducation : Avec la fermeture des écoles dans les camps de réfugiés, il n'y a pas que l'éducation qui fait défaut. L'environnement protecteur de l'école, les repas et le soutien psychosocial sont également supprimés.
  • Moyens de subsistance : de nombreuses jeunes femmes travaillent dans d'autres villes ou à la campagne ou dans le commerce de détail. Avec les restrictions de mouvement, elles perdent leur capacité à gagner un revenu.
  • Violence : la vie en commun dans un espace confiné, le stress financier et psychologique entraînent davantage de violence domestique. 

Comment soutenons-nous les réfugiés ?

Nous faisons tout notre possible pour protéger les personnes qui sont déjà gravement défavorisées. Notre soutien comprend entre autres :

  • La mise en place de stations de lavage pour laver les mains à l'eau propre, des kits d'hygiène et des informations sur les mesures d'hygiène dans les différentes langues ;
  • Des lignes d'assistance téléphonique et du conseil concernant la violence sexuelle et sexiste et la santé sexuelle et reproductive sont disponibles ;
  • Du soutien psychosocial pour les femmes et les filles qui sont exposées à la violence ;
  • La distribution des masques et du matériel de protection pour les volontaires dans les camps et les communautés ;
  • Du matériel scolaire pour l'apprentissage à la maison ;
  • Une aide financière.

Nous intégrons les jeunes dans ces activités. Ils jouent un rôle clé dans l'information et la mobilisation des populations dans les camps.

Quelques exemples de nos activités en Afrique et Moyen-Orient

Éthiopie

Dans les camps de réfugiés, les jeunes ont organisé des sessions d’information et de sensibilisation en petits groupes concernant la santé et les droits sexuels et reproductifs, la violence sexuelle et le COVID-19.

Jordanie

Plus de 36 000 personnes vivent dans le camp de réfugiés d'Azraq, dont 61 % sont des enfants. Au début de la crise du coronavirus, nous avons procédé à une évaluation des risques dans l'entrepôt. Nous avons donc pu identifier tous les nouveaux problèmes et obstacles. Avec le lockdown, le risque de violence contre les enfants a augmenté par exemple. Nous avons donc formé notre personnel de projet pour qu’ils puissent reconnaître les potentiels signes lors des classes en ligne. Ils peuvent ainsi identifier les cas possibles et agir en conséquence. 

Malawi

Dans le camp de réfugiés de Dzaleka, Plan International et World Food Programme (WFP) distribuent de la nourriture une fois par mois. Pour éviter la propagation du COVID-19 dans le centre de distribution, nous avons introduit des mesures telles que la prise de la température, des stations de lavage des mains et des marquages de social distancing. En même temps, nous fournissons des informations sur COVID-19 par le biais de haut-parleurs et d'affiches.

Nous avons également sensibilisé des centaines de filles, de garçons, de femmes et d'hommes à la maltraitance des enfants et à la violence sexuelle et sexiste. Ils savent maintenant comment utiliser les lignes d'assistance téléphonique gratuites et signaler des cas. En outre, en collaboration avec des organisations locales, nous avons pu empêcher plusieurs mariages d'enfants. 

Égypte

La crise du coronavirus frappe durement les réfugiés syriens de notre projet "Hope Together". Partis de rien, ils ont mis beaucoup d’efforts à créer leur propre entreprise. Leur existence est désormais en danger. Nous les soutenons financièrement pour surmonter la crise.

"J'étais très heureuse lorsque l'équipe de Plan m'a appelé et m'a informé du soutien financier. Vous ne savez pas à quel point c'est important pour moi et ma famille en ces temps difficiles. Cela nous aidera beaucoup". Sheefa, veuve et mère de 4 enfants, gère son propre service de restauration


Intéressé(e)? Le partager: