Mädchen mit einer Gesichtsmaske in Kamerun
25.05.2020 - de Michèle Jöhr

COVID-19: Des filles racontent

Du Timor oriental au Liberia : comment les filles vivent-elles la crise du coronavirus ? De quoi s'inquiètent-elles ? Comment leur vie a-t-elle changé ? Voici ce qu’elles nous ont répondu.


Praise, 13 ans, Liberia

“Je crains que les professionnels de la santé ne trouvent pas de remède pour le COVID-19 et que le monde restera fermé. Cela retardera l'éducation des filles, et beaucoup d'entre elles risquent de ne pas pouvoir obtenir leur diplôme comme prévu.”

Meghla, 16 ans, Bangladesh

"De nos jours, il est très difficile d'obtenir ou de donner un soutien en raison de la "distanciation sociale". J'ai récemment entendu parler d'un cas de mariage d'enfants. J'ai essayé de l'empêcher et j'ai informé les autorités locales, mais malheureusement elles n'ont pas pu réagir à temps en raison du confinement."

Sirri, 12 ans, Cameroun 

"Si j'avais accès à la technologie, je pourrais demander à mon professeur de m'envoyer des devoirs. Je pourrais les compléter et garder mon cerveau actif. Ma mère n'a pas de smartphone. Mon père a un smartphone. Mais utiliser le smartphone signifie dépenser de l'argent pour les données mobiles. C'est cher en ce moment, principalement parce que l'entreprise de ma mère n'est plus aussi rentable qu'avant."

Janet, 14 ans, Liberia

"Ma crainte avec ce virus au Liberia est que les femmes souffrent vraiment. Nous allons souffrir en termes de nutrition. Les hommes vont nous maltraiter. Parce que si je n'ai pas de nourriture et qu'un garçon a de la nourriture quand je lui demande de l'aide, il me demandera du sexe avant de me donner quoi que ce soit. C'est de cette souffrance dont je parle."

 

Etelfina, 17 ans, Timor Oriental

"Il n'est pas facile pour nous d'apprendre de chez nous, surtout pour ceux d'entre nous qui vivent dans les zones rurales. Les habitants de la ville peuvent s'instruire par le biais de la télévision et d'Internet. Les communautés rurales manquent souvent d'électricité et de technologie, ce qui rend difficile l'apprentissage des jeunes par la télévision et les médias sociaux."

Koumba, 15 ans, Mali

"Grâce à cette activité, nous assumons une plus grande responsabilité dans la lutte contre cette pandémie. Chaque personne peut contribuer à son niveau à l'éradication du coronavirus. Je suis dans le département de couture du centre de formation professionnelle. En cousant des masques, j'aide ma communauté."

Emma, 14 ans, Ghana

"Je suis effrayée et préoccupée par la situation. Comment puis-je empêcher le coronavirus de nous infecter, moi et ma famille ? En plus, je suis à la maison toute la journée à cause de ce virus. Je n'aime pas être ici parce que je suis la seule à faire tout le ménage du matin au soir pendant que mes frères passent la journée avec leurs amis."

Les crises frappent particulièrement les filles et les femmes. Nous sommes à l'écoute de leurs expériences et nous nous engageons à ce que les voix des filles soient entendues et prises en compte.

 


Intéressé(e)? Le partager: