Suba Umathevan als Kind
18.06.2019

Si l'arrivée dure toute une vie

La guerre civile éclate au Sri Lanka en 1983. La vie de nombreux Tamouls est divisée entre avant et après. Personne ne soupçonne pour l'instant que le pays sera en état de choc pendant plus de 25 ans. Les gens fuient. Parmi eux se trouve Suba Umathevan, alors âgé de deux ans. "Je me souviens à peine de notre évasion. Je ne peux qu'imaginer ce que c'était pour ma mère de traverser quatre pays avec moi par la main ", dit-elle. En mai 1985, elle a également com-mencé son voyage : Le père embrassa à nouveau sa femme et sa fille. Il vivait déjà en Suisse depuis deux ans.

S'évader dans l'inconnu

"Mes parents n'ont jamais voulu quitter le Sri Lanka, mais notre vie est devenue survie. L'éva-sion était notre seul espoir ", dit la jeune femme de 36 ans. Bien qu'elle habite aujourd'hui en Suisse, elle connaît le sentiment de l'étranger : "Nouvelle langue, froid insupportable, nouvelles personnes - ces circonstances étaient un défi pour toute la famille. Mais tout était mieux que de souffrir d'une peur constante ou même de mourir ", dit Umathevan. Pour son père, les deux premières années furent insupportables. Il a quitté sa famille élargie pour faire sortir sa femme et ses enfants de la guerre. 

Le pouvoir tiré de l'impuissance

"J'étais en sécurité en Suisse. Néanmoins, la guerre a façonné ma vie ", dit Umathevan. Mes parents étaient constamment inquiets, la mort était dans ma tête tous les jours - parfois c'étaient des parents, parfois des connaissances. "Le plus difficile pour moi était de voir l'impuissance de mes parents. Ils étaient impuissants et ont essayé de mettre leurs proches en sécurité avec une aide financière. Cette impuissance a influencé Umathevan. Aider a fait d'elle le centre de sa vie. Elle a travaillé pour diverses organisations humanitaires, dont l'ONU. Aujourd'hui, elle est di-rectrice générale de l'organisation internationale Plan International Suisse pour les enfants et les jeunes filles. 

"Je me demande souvent ce que je serais devenu si j'étais resté au Sri Lanka. Je me considère très heureux en Suisse. Beaucoup de gens n'ont pas autant de chance." Ce sont surtout les filles et les jeunes femmes qui sont en danger dans les crises. Beaucoup sont menacés par la violence sexuelle, le mariage forcé et le manque d'éducation. Umathevan voulait les protéger de cela, leur donner sécurité et espoir. 

Après 30 ans : Les retours d'évasion

La vie après cela a apporté ses propres problèmes : "Pendant longtemps, je me suis sentie étrange ici, je n'ai pas compris pourquoi j'étais différente. J'ai souvent dû écouter des commen-taires racistes ", dit-elle, ajoutant : " Tout cela m'a rendue plus forte. Elle veut mieux informer les gens. Parce que : "Le racisme est causé par l'ignorance." 

Umathevan a deux diplômes universitaires, est CEO et est devenu un modérateur et ambassa-drice bien connue. Souvent, l'évasion revient à sa vie. Son grand-père est mort il y a quelques semaines, qu'elle n'a jamais rencontré personnellement. "Dans de tels moments, tu es de retour dans le monde des réfugiés." Dans la vie de tous les jours, beaucoup de choses sont supprimées et disparaissent. Mais pas cette fois-ci : "Ma mère s'est effondrée quand elle a appris la mort de son père. Elle ne peut pas regagner les 30 années perdues pendant lesquelles ils ont été séparés ", dit Umathevan.

Traiter avec dignité 

Quand Umathevan voit des réfugiés dans la rue, surtout des mères avec de jeunes enfants, elle devient triste : "J'aimerais leur dire qu'ils sont en sécurité et qu'ils vont s'en sortir. En tant que réfugiée, elle aurait souhaité un tel encouragement. "Souvent, je me sentais seul. Que ce soit à l'école ou dans les médias, il n'y avait personne à qui je pouvais m'identifier. Personne qui ne comprenne mes problèmes." Nous devons considérer les réfugiés comme des personnes et les traiter avec dignité.


Intéressé(e)? Le partager: